L’appel aux armes

Aujourd’hui je vous partage un appel aux armes, pour que vous compreniez bien mon appel à fuir.

Cet appel aux armes, ce n’est pas moi qui le lance, c’est quelqu’un qu’on ne pourra jamais mettre en prison même si c’est là qu’il va finir, c’est un personnage de fiction qui le lance : Jesper Berg, le premier ministre de la Norvège dans la série Occupied.

Je fais allusion à cette excellente série dans ma conférence. Cette série plonge le spectateur dans un monde que nous connaissons bien : le monde de la cupidité des puissants sur une planète aux soins intensifs.

Je vous encourage vivement à la regarder car elle est excellente.

La série commence ainsi : Jesper Berg est élu premier ministre de la Norvège. Nouveau premier ministre écologiste à la tête d’un pays qui vient de traverser une catastrophe climatique sans précédent (mais qui grâce à la croissance va en vivre de bien pires et pour longtemps), il décide de couper les vannes de l’approvisionnement en pétrole et gaz norvégiens vers l’Europe, et leur offre en échange un approvisionnement énergétique électrique grâce à des centrales nucléaires au thorium.

Tout le reste de la série se déroule dans les malheurs de Jesper Berg et de la Norvège, sous fond de tension intense avec l’Europe d’une part et la Russie d’autre part, car voyez-vous, comme je vous l’expliquais dans mon article précédent, l’énergie c’est la vie, et qui refuse de s’adapter et qui en veut toujours plus (soit quoi? 90% de la population?) ne réagira pas calmement.

La fin de la série se termine ici. Je me permets de la divulguer parce que d’abord cette fin est presqu’aucunement liée au reste de la série (donc on peut pas dire que je spoile), car ensuite l’urgence est telle que je n’ai pas le temps que vous décidiez de regarder la série dans trois mois et que vous en preniez trois autres pour la regarder, et pour finir car cette fin constitue un manifeste qui mérite très largement d’être partagé pour en comprendre les conséquences dans notre monde bien réel.

Après trois saisons de transactions politiques, de chantage, d’espionnage, de contre-espionnage, d’appel à l’aide de la population, de situations de guerre, d’opérations de communication, de luttes intestines, Jesper Berg se rappelle qu’il est entré en politique non pas pour avoir le pouvoir, mais pour lutter contre le dérèglement climatique. Il tente de renouer en vain avec une ancienne idylle activiste (laquelle ne croit plus en lui car le considérant avalé par les affres du pouvoir et déconnecté de la mission qui les avait rapprochés) avant de procéder à ça.

Si c’est par l’énergie que vient le problème, c’est par l’énergie que viendra la solution

Désolé de la faible qualité, incapable de capturer de la vidéo sur Netflix qui bride les logiciels de capture de vidéo, j’ai filmé l’écran avec mon cellulaire.

Très sincèrement, c’est comme ça que ça va finir selon moi.

Comment espérez-vous que va réagir une jeunesse dont on a détruit la planète, détruit le climat, qui sait qu’elle n’aura pas de retraite, et qui en perd même le goût d’avoir des enfants?

Un bon nombre se droguent dans les jeux vidéos, un certain nombre court dans les rues avec des pancartes au-dessus de la tête, un très petit nombre, et ça suffira très largement, fermera l’approvisionnement énergétique. Et je vous souhaite de tout coeur de ne pas être en ville quand ça va arriver.

Bien sûr, je ne peux m’empêcher de faire un coucou à mes amis les chasseurs de licornes qui disent déjà : « pfffffffff….. c’est que de la fiction…. mon pauvre gars t’es complètement taré d’y porter la moindre attention. » Disent ceux qui professent l’enrichissement par une consommation illimitée de ressources limitées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.