Pour Noël, les croissantistes offrent à nos enfants un « pas d’avenir »

Les croissantistes au Canada nous préparent un suicide en bonne et due forme.

Souhaitant améliorer le sort de la classe moyenne (et l’objectif est très louable), le premier ministre croissantiste du Canada Justin Trudeau, contraint par une croissance (donc des revenus) pas aussi juteuse qu’il le souhaiterait, a recours à la dette. En gros, las de devoir serrer ceinture – dans un pays qui fait bombance à en vomir -, le patron régale tout le monde au restaurant avec la carte de crédit. Pas de souci, c’est les enfants qui paieront le solde.

Les enfants qui paieront le solde avec quoi? Hé bien avec de la croissance pardi!

C’est pourquoi le gouvernement croissantiste Trudeau, que j’ai eu l’honorable plaisir de mettre à nu il y a deux mois, a prévu de soutenir l’expansion de l’oléoduc TransMountain. D’ailleurs ça n’a pas perdu de temps, l’expansion du pipeline vers l’ouest a commencé.

Expansion du pipeline TransMountain à Acheson, le 18 décembre 2019

L’aboutissement de ce pipeline sur les côtes de Colombie Britannique va signer l’extermination finale, après le caribou forestier et l’ours polaire, d’un autre symbole du Canada sauvage, l’orque de Colombie Britannique.

En effet, présentement la population d’orques au large de Vancouver est de 75 individus qui survivent comme ils peuvent, c’est-à-dire assez mal après la très forte attrition de leur source principale de nourriture, le saumon Chinook, suite à… vous vous en doutez… la croissance : barrages hydroélectriques sur les rivières à saumon Chinook, surpêche, contaminants, etc.

À tel point qu’aucun nouveau-né n’a survécu au cours des trois dernières années, et qu’on est maintenant confronté avec des situations crève-coeur comme cette mère-orque qui n’arrive pas à faire le deuil de son bébé mort né et qui le pousse du nez depuis des jours.

Mére orque poussant son petit mort-né depuis au moins sept jours.

Pourquoi procéder à l’expansion du pipeline TransMountain? Parce que présentement le seul gros client de notre pétrole bitumineux c’est les États-Unis. En exportant bien davantage de pétrole vers l’ouest, on peut satisfaire l’ogre chinois et ainsi procéder à une augmentation des revenus du pétrole en volume et en tarif au baril.

Or les sables bitumineux sont l’outil par excellence pour accélérer le dérèglement climatique.

Mais aussi, à quels genre de clients avons-nous affaire quand on veut étendre notre marché pétrolier au marché chinois? Hé bien nous avons affaire à un pays qui :

Heureusement, stimuler l’économie chinoise lui permet de faire des développements au Canada, comme celui d’acheter le joyau des Shriners et de s’installer là-haut sur notre montagne et de nous surplomber de haut comme la Chine sait si bien le faire.

Alors quel avenir pour vos enfants, vos neveux, vos nièces, que vous allez embrasser pendant le réveillon de Noël ?

Un avenir où :

  • l’orque de Vancouver, le caribou forestier et l’ours polaire auront été totalement exterminés. Après le décès de la reine Elizabeth II il ne nous restera plus que le castor comme symbole vivant du Canada
  • des dettes qu’ils ne pourront jamais rembourser parce que la croissance a déjà dépassé ses limites physiques de soutenabilité (et qui vont nous exploser en pleine face avant même que ces enfants aient atteint l’âge de payer des impôts)
  • un dérèglement climatique qui va les mettre en difficulté pour se nourrir, pour se déplacer, et pour avoir accès à l’énergie
  • l’influence de la dictature chinoise en sol canadien sera rendue tellement grande qu’ils ne pourront même plus considérer leur sécurité comme garantie dans leur propre pays.